Education secteur stratégique pour la RCA

L’éducation est un levier incontestable de développement économique et social d’une nation car elle prépare de valeureux fils et filles du pays a bien géré et respecter les institutions de la république, à faire des reformes utiles dans le sens de la création d’un environnement propice d’affaires donc à la réduction de la pauvreté.

Avec la limitation de la bibliothèque dans le pays, il n’est pas aisé à l’enseignant de faire plus de recherches que l’essentiel et aux étudiants d’apprendre au-delà de la classe et d’interagir avec d’autres étudiants et institutions à travers le monde.

Aussi, il n’y a pas manifestement de Startup dans le pays qui puissent valablement créer ni conduire des affaires pour des opportunités au niveau micro et macro-économique afin d’absorber les multiples chômeurs, puis booster les innovations entrepreneuriales dans le pays. Pour ce faire, certains dirigeants d’opinion utilisent ces jeunes désœuvrés pour leurs intérêts individualistes. Et facilement, ces jeunes tombent dans leur piège parce qu’ils ne croient pas en l’avenir.

Seule l’éducation de qualité permettra aux multiples femmes centrafricaines d’être des citoyens actifs et éclairés. Ainsi, sauver de vies grâce à une meilleure prise en charge nutritionnelle des enfants qui meurent précocement de malnutrition, d’autres problèmes sanitaires et d’hygiène de base.

Une éducation équitable et inclusive est gage de la réduction des inégalités sociales et de fracture scientifique entre la Centrafrique et les pays développés. Le pays a grandement besoin de la ressource humaine afin de gérer et pérenniser son programme de développement économique et social. Il faut préparer de la main-d’œuvre locale et qualifiée qui sera utilisée dans les autres domaines d’activités car sans le savoir-faire, il sera difficile de consolider les acquis et surtout conduire les recherches et développement pour les industries et autres secteurs d’activités dans le cadre de la souveraineté nationale. Un peuple éduqué est un peuple qui bâti des institutions fortes, aspire à la justice pour une paix durable.   Malcom X, 1925-1965 disait :  » L’éducation est un passeport pour l’avenir, car demain appartient à ceux qui s’y préparent dès aujourd’hui. « 

Alors, la technologie de l’information et de la communication introduite dans l’éducation assure une noble et fondamentale mission, celle de la transmission du savoir en mettant en relation les apprenants et l’éducateur sans limitation de temps et de lieu de présence. L’apprenant local pourra partager les informations identiques éducatives avec ceux dans le monde entier et ainsi pourra avoir les mêmes chances d’être compétitif sur le marché de l’emploi national et international. Pour illustration, aujourd’hui avec les plateformes de formation en ligne, l’éducation devient réellement universelle et impartiale car les connaissances mises en ligne et transmises sont homogènes pour toutes et tous, les diplômes décernés ont tous la même valeur quelque soit le pays résident de l’apprenant.

L’une des fonctions stratégiques de l’éducation en tant que vecteur de la prospérité de la Centrafrique est la création de pôle d’entreprenariat social afin d’incuber et assurer un mentoring de qualité aux jeunes entrepreneurs qui souhaitent mettre en avant leur savoir-faire entrepreneurial et créer de la richesse nationale.  Car, nous avons noté que les quelques jeunes entrepreneurs qui se débrouillent encore sont issus du secteur informel non établi. Selon toute vraisemblance, les entreprises sont vulnérables aux technologies émergentes et à un environnement commercial compatible, en particulier en République centrafricaine où le pourcentage de travailleurs inexpérimentés qui créent leur entreprise est plus élevé. Dans la même longueur d’idée, le Groupe Banque Mondiale en 2017 a relevé cinq (5) défis auxquels le climat des affaires de la République centrafricaine est confronté et empêchant les entrepreneurs à prospérer. Il s’agit notamment de : électricité 40,6%, accès au financement 19,1%, réglementation du commerce 7,7%, secteur informel 7,1% et corruption 5,9%. Alors, en réponse à ces challenges, seule une éducation à l’entreprenariat au sein d’incubateurs ou accélérateurs demeure la solution efficace et efficiente. 

Enfin, la RCA a besoin de ressources humaines qualifiées afin de reconstituer son patrimoine culturel. Créer une base de connaissance nationale afin de fabriquer des citoyens actifs qui connaissent et défendent les valeurs et principes de la république. Préparer le peuple à avoir le sens du patriotisme et contribuer efficacement au développement du pays est plus qu’une nécessité. 

Serge ADOUAKA

Publié par Association Helena Centrafrique (H&A)

Nous sommes une Association qui favorise l’accès au numérique et contribue à l’amélioration du taux d'alphabétisme en NTIC en République Centrafricaine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :